Minus et Kiwi

Minus et Kiwi ?

Bonjour et bienvenue sur le blog de couture Minus et Kiwi.

Dans ce billet, je vais me présenter et vous expliquer un peu pourquoi le nom de mon blog est ce qu'il est.

Commençons les présentations. Je suis Perrine. J'ai commencé à coudre en début d'année 2015 des sacs, puis des vêtements. Je suis autodidacte dans le domaine, personne ne m'a appris en face à face. J'ai expérimenté avec les explications trouvées dans les livres, avec parfois de beaux ratés mais de chouettes réussites aussi. En septembre 2016, j’ai commencé à prendre des cours de patronnage chez Sweet Cousette. Depuis je confectionne mes propres patrons en plus de coudre ceux d’autres créatrices.

J'ai deux enfants : Robin Premier et Robin Deuxième du nom aussi appelés l'aîné et le petit, ou Lu et Loulou, les Robins. L'homme à la maison c'est l'Homme. Vous verrez que je ne donne pas les vrais noms des personnes pour qui je couds et que je ne photographie jamais leurs visages de face non plus. Je souhaite simplement préserver leur identité et leur image sur le net. Ils sont encore petits (même s'ils grandissent, ils seront toujours trop petits pour que j'affiche leurs têtes).

Alors si mes fils sont des Robins, qui sont donc Minus et Kiwi ?

Ce sont mes premiers fans ! Minus c'est le blanc, il a 15 ans (2002) et Kiwi, le noir, a 2 ans (2015). Dès que je sors mes patrons, mon papier pour reproduire les modèles, le tissu pour coudre ; ils s'installent dessus. Ils ne seraient pas de vrais chats s'ils ne le faisaient pas.

 

1454594418877

 

Quand il a fallu trouver un nom, j'ai pensé à mes deux poilus qui viennent me soutenir dans mes projets couture, à leur façon certes, mais ils sont là. Voilà pourquoi ils sont aussi dans le nom de mon blog.

Vous pouvez aussi retrouver mon univers couture sur Instagram (liens en bas du menu à droite).

Maintenant il ne me reste qu'à vous souhaiter une bonne lecture. N'hésitez pas à me laisser vos impressions, vos suggestions, votre avis dans les commentaires.

Posté par Minus et Kiwi à 17:21 - Commentaires [6] - Permalien [#]


17 janvier 2018

Housses de chargeur

Je ne vous avais pas encore montré ces coutures là. L’Homme a vu mes chutes de tissu s’accumuler et il s’est dit que ça pourrait être une bonne idée de cadeau pour Noël. Il m’a déniché le livre de Sandrine Fromentin alias Paillettes et bobinette : "Jolis accessoires à coudre avec ses chutes de tissus". Dedans, il y a pléthore de projets à faire avec un peu de tissu, classés par genre (pour fille, garçon, homme ou femme). Beaucoup de jolis projets, rapides à réaliser pour la plupart. Bref, parfait pour moi.

Ma première réalisation aura été la housse de chargeur. Enfin, j’en ai fait trois : une pour chaque personne de la famille qui dispose d’un téléphone.

Chute de maille merveilleuse Mamzelle Fourmi, coupons de Petit Pan, sweat de chez Lulu la Luciole. Les morceaux ne manquaient pas. 

 

20171231_182858

20171231_182924

Une pour moi

20180101_160938

20180101_160902

Une pour Lu

20180101_161131

20180101_142931

Une pour l'Homme

 

Encore de nouveaux projets qui s'ajoutent donc à ma liste déjà trop longue de choses à coudre.

 

Le patron : housse de chargeur du livre "Jolis accessoires à coudre avec ses chutes de tissus" de Sandrine Fromentin (Paillettes et bobinette) chez CréaPassions.

Les tissus : chutes diverses.

14 janvier 2018

Un peu de couture pour mon grand : un t-shirt et une chemise

Je profite de ce billet pour vous souhaiter une belle année créative remplie de projets à réaliser et le temps pour cela.

Le temps, c’est justement ce qui me fait défaut. Je sens que j’ai plus de mal que jamais à entretenir le blog. Je n’ai pas le temps de faire des photos de mes coutures en semaine, et le week end, c’est au lavage généralement !

Aujourd’hui, deux coutures faites pour l’aîné tout juste immortalisées : un t-shirt et une chemise. Peu de photos car il n’aime pas prendre la pose, il préfère se battre jouer avec son frère.

 

Le t-shirt est un modèle du magazine Ottobre de l’hiver 2015, le Steampunk (N°15C). Il y a pas mal de patrons qui me plaisent, et un jour, je vais les coudre.

J’aime les pièces du Steampunk qui permettent de passer quelques chutes de jersey et de faire des jolies finitions grâce à ma recouvreuse. D’un autre côté, je crains l’effet pyjama que pourraient créer les pièces et les tissus doivent être choisis avec soins.

J'ai cousu ce t-shirt avec des tissus 100% Lulu la luciole : un jersey à voitures, un jersey gris chiné et une chute d’un jersey jeans Lillestoff. Le garçon adore.

 

aviary-image-1515935214183

 

20180114_133217

 

Le patron : t-shirt Steampunk (N° 15 C) du magazine Ottobre de l’hiver 2015 (N°6).

Les tissus : jerseys de chez Lulu la Luciole.

 

La chemise s’est faite attendre, un peu comme chaque couture en ce moment si on peut dire. C’est un patron maison, réalisé très vite. Lu ne voulait pas de boutonnage intégral et parmi les chemises que j’avais dessinées, c’est ce modèle qu’il a choisi.

Au programme : un col avec pied intégré, une bande colorée devant, une patte de boutonnage, des vraies manches de chemise avec bracelet.

Côté tissu, on trouve un jeans super fin déniché chez Reine et un coupon de Petit Pan acheté à la boutique de Paris. Les boutons sont assortis au coupon de tissu. Il a bon goûts ce garçon.

 

aviary-image-1515934335749

 

20180114134217

 

Le patron : patron maison.

Les tissus : jeans fin de chez Reine et coupon de Petit Pan.

Les boutons : Petit Pan.

17 décembre 2017

Le Quart Coat de Pauline Alice

Encore un manteau. Je vous avais prévenus. Cette fois, il est pour moi.

Si à la base j’avais pensé me patroner un truc, j’ai regardé à droite, à gauche si je ne voyais rien de sympa quand même. Bingo ! Wahou ces plis  Je suis sous le charme. Il m’en faut peu.

Le patron, c’est le Quart Coat de Pauline Alice. Je n’ai jamais cousu les patrons de cette créatrice. J’appréhendais un peu quand même que ça taille super petit, ou super grand et ne pas pouvoir coudre à ma taille. J’appréhendais aussi le côté c’est trop mal expliqué et tu vas galérer ma pauvre.

Verdict : je suis conquise. Ça taille bien comme il faut selon les mensurations indiquées (pas comme dans certains livres où l’Homme pouvait rentrer dans un 36 pour femme, lui qui fait un bon 42 pour homme, vous voyez le truc ?). J’ai pris la taille qui correspond à mes mesures, et ce n’est pas trop ample, ni trop près du corps. Les textes sont clairs, malgré un petit moment de solitude sur le montage de la manche.

Côté tissus, un velours de laine de la mort qui tue de chez Stragier qui avait eu la bonne idée d’en faire son tissu de la semaine et donc de le proposer à un petit prix découverte (parce qu’on ne va pas se mentir, au prix normal, c’était hors budget même pour un manteau d’hiver pour moi qui doit durer). Le tissu est épais mais se tient bien, et marque parfaitement les plis. Je l'ai associé à une doublure de chez Mamzelle Fourmi.

 

20171217_145913

 

20171217_144802

 

20171217_145431

 

Les cernes sur les photos sont en cadeau !

Pauline Alice, elle a pensé à tout le monde quand elle a imaginé son manteau. Je savais que j’allais devoir le modifier à cause de ma taille non réglementaire qui est en dessous de la moyenne. Oui mais un manteau cintré, on ne peut pas le raccourcir au hasard (sauf si on aime l’effet hanches cintrées et aisance à la taille, là on coupe juste le bas !). C’est là que, comme je vous le disais, elle a pensé à toutes les tailles, Pauline Alice. Sur son patron, vous avez une ligne qui vous permet de savoir où ajouter ou retirer de la longueur. Pour savoir combien, il faut faire une toile (ou avoir l’habitude de raccourcir) et tester. C’est quand même bien pensé !

 

20171217_144815

 

20171217_144855

 

Ce manteau, je l’aime d’amour. Et je voudrais qu’il dure toujours.

 

Le patron : Quart Coat de Pauline Alice.

Les tissus : Velours de laine de chez Stragier et doublure de chez Mamzelle Fourmi.

Boutons : La Mercerie Versailles.

Manteau d'hiver pour mon Lu

Si on m’avait demandé mon avis, les deux dernières semaines auraient été bien moins compliquées.

J’avais prévu de vous faire un manteau par semaine. C’était un bon rythme. Mais les évènements se sont enchaînes sans que l’on ne puisse rien maîtriser : une deuxième gastro, beaucoup de boulot, un au revoir douloureux, le jour qui s’éteint de plus en plus tôt et moi qui travaille toujours aussi tard. Bref, pas moyen de faire des photos à vous montrer. Celles qui arrivent sont ultra fraîches et faites à l’intérieur. 

Pour le grand, un chouette lainage de La Mercerie de chez moi avec une doublure de chez Lulu la Luciole. Il est parti sur un bleu pétrole absolument canon. Oui mais la laine, ça gratte. Et Monsieur n’aime pas porter d’écharpe, de snood, ou autre tient-moi-chaud-au-cou-cet-hiver. J’ai bien eu peur de l’avoir cousu pour rien. Mais il l’aime et il le porte (avec une écharpe quand il est dehors).

Sur ce manteau au patron maison, quelques découpes pour faciliter la poche faussement passepoilée (j’aime la difficulté d’habitude mais quand le temps est compté, on va au plus simple), un col qui monte suffisamment pour protéger du vent et une capuche en cas de pluie.

 

aviary-image-1513521508365

 

aviary-image-1513521463306

 

aviary-image-1513521579979

 

20171217_143319

 

20171217_143301

 

20171217_145732

 

aviary-image-1513521392583

 

Les manches ont un peu de marge en longueur, et côté largeur et longueur de manteau, j’espère que ça va tenir deux hivers. Croisons les doigts pour que je sois tombée juste.

 

Le patron : Patron maison.

Les tissus : Lainage La Mercerie Versailles et doublure de chez Lulu la Luciole.

Fermeture éclair métallique : La Mercerie Versailles.

Posté par Minus et Kiwi à 16:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


28 novembre 2017

Manteau d'hiver pour petit Cha

Il m’en aura fallu du temps pour terminer son manteau d’hiver.

Non pas qu’il était si compliqué que ça, j’avais déjà ma base avec sa veste en jeans moumoute en guise de patron. Il ne fallait que la modifier légèrement pour lui donner une nouvelle forme. J’avais même déjà les tissus en stock. Non le souci, ça a été la gastro qui s’est invitée chez nous le week end dernier, et qui a retardé l’achat de la fermeture éclair. Car c’est bien le seul élément qui manquait pour finir le manteau bien chaud de mon petit Cha.

Du coup, j’ai quand même avancé sur les autres manteaux d’hiver et je vais vous enchaîner les présentations, je dois seulement peaufiner quelques détails ou coudre les boutons. Vous voilà prévenus sur la suite des événements.

 

Pour cet hiver, pas de noir chez nous. On veut pouvoir être vu plus facilement dans la nuit alors on est partis sur de la couleur. Pour petit Cha, du rouge. Un beau lainage rouge qui pète de La Mercerie de Versailles associé à une double gaze pour la doublure (avec des petits chats dessus, elle est trop belle) de chez Lulu La Luciole. En triplure pour ne pas avoir froid, j’ai ajouté une flanelle pas très jolie mais invisible donc c’est pas grave.

 

Au menu aujourd'hui, un plastron devant et des poches passepoilées. Dans le dos, une jolie pièce et une capuche (initialement prévue amovible mais les copains tirent dessus à la récré et petit Cha a eu peur que des boutons ne sautent et la détachent).

 

aviary-image-1511782993318

aviary-image-1511859578427

aviary-image-1511859520994

20171125_164056

20171125_164115

 

C'est petit Cha qui a choisi les tissus et on peut dire que ses associations se marient vraiment bien. J'ai adoré penser à ce manteau, aux différentes pièces qui allaient le composer et je suis fan du rendu. 

 

Le patron : patron maison.

Les tissus : lainage de La Mercerie à Versailles. Double gaze de chez Lulu la Luciole.

Fermeture éclair ; La Mercerie Versailles.

04 novembre 2017

Cadeau pour ma nièce : un ensemble blouse + jupe

J’ai été peu présente ces derniers temps, tant sur les réseaux sociaux que sur le blog. Avec les garçons en vacances, ça n’était déjà pas facile ; mais en plus j’ai retrouvé du travail donc je n’ai même pas été présente à la maison. Oh je ne me plains pas, j’en suis très heureuse. Mais du coup, je n’ai plus que les week-ends pour coudre désormais. Ça va tourner au ralenti !

Le week-end dernier, en plus nous sommes partis en vadrouille dans le Nord pour enfin fêter l’anniversaire de ma nièce. On avait juste 2 mois de retard en fait mais ce n’est pas grave. C’était l’occasion pour moi de coudre une tenue de fille.

Je n’ai pas de photos portées du coup, et les images vont être tout de suite moins intéressantes qu’avec un mannequin mais c’est sympa quand même vous verrez.

 

Je lui ai cousu une blouse de ma composition dans un superbe Liberty. Oui j’aime coudre des étoffes précieuses, surtout pour les gens que j’aime. Un superbe Liberty dont je n’ai pas le nom, déniché à la mercerie de Versailles et qui m’a tout de suite fait ting quand je l’ai vu. Que voulez-vous, je suis faible !

Je l’ai associé à une dentelle de mon stock dont je ne savais vraiment pas quoi faire, et qui a parfaitement trouvé sa place sur cette couture.

Sur le col, j’ai cousu deux boutonnières pour le passage de la tête, et dans le dos, on trouve un empiècement qui permet de placer un pli creux.

 

20171027_174725

20171027_174637

20171027_174707

20171030_073629

 

Pour aller avec la blouse, je suis partie sur une jupe, toute simple, en double gaze. Le tissu qui ne m’a jamais vraiment tenté pour moi et qui ne saurait se coudre pour les garçons ! Mais il fallait bien que j’essaye un jour, pour ne pas mourir trop bête. Et pour être honnête, maintenant que je l’ai testée, j’ai du mal à comprendre cette folie double gaze.

C’est casse pied à couper, à coudre je ne vous en parle même pas. J’ai bien eu du mal à la surjeter. Bref, moi je n’ai franchement pas accroché sur la matière, et je ne vais pas en recoudre de sitôt.

Pour stabiliser vraiment ma ceinture de jupe, j’ai choisi en plus d’un entoilage léger, de doubler la matière avec une chute du Liberty utilisé pour la blouse. Pour l’ouverture, des boutons en nacre carrés de la mercerie.

 

20171027_175525

20171027_175548

20171027_174432

20171027_174451

 

Moi cet ensemble, j’en suis fan. Ma nièce aussi et il lui va super bien. J’ai bien taillé le truc, je suis contente de moi.

Ma découverte de la double gaze n’a pas été concluante, mais je ne regrette pas ce choix, c’était l’occasion d’essayer.

 

Les patrons : patrons maison.

Les tissus : Double gaze FDS et Liberty de La Mercerie à Versailles.

Boutons : La Mercerie à Versailles.

13 octobre 2017

Prolonger l'été en Opale et Monceau ...

J’ai l’impression qu’il s’est passé un long moment avant de venir vous parler de cette couture. Comme si le temps s’était étiré. A moins que ça ne soit mes journées trop chargées qui me font cette impression et que je n'ai plus en tête ma dernière conversation avec vous.

Bref, peu importe, car aujourd’hui, je prolonge l’été. Pour moi, il a été trop court. Et pour cela, j’ai misé sur une superbe batiste Atelier Brunette. Il s’accompagne d’une maille merveilleuse prune au cas où il devrait faire un peu frais. J’ai déniché le tout chez Mamzelle Fourmi.

Au programme du jour, une Opale façon blouse et son gilet Monceau.

 

20171012_190939

 

Commençons avec la blouse Opale.

Le patron est issu du livre "Grains de coutures Hommes et Femmes" by Ivanne Soufflet paru chez CréaPassions. Enfin la base de ma version plutôt car dans le livre, Opale est une robe. Mais moi, je n’aime les robes. Je n’en porte pas. Pour autant, cette Opale me faisait de l’œil depuis le jour où j’ai eu le livre entre les mains.

Ni une, ni deux, on modifie. J’ai sérieusement décintré le corsage, car la base est très près du corps et je voulais une blouse juste bien comme il faut. Et j’ai dû pas mal retravailler sur l’encolure qui avait tendance à bailler. Les cols bateau sur moi, dès que je bouge, c’est fini.

J’ai conservé les découpes devant que j’ai mises en valeur avec un passepoil plat contrasté. Dans le dos, une seule goutte me suffit.

 

20171012_184956

20171012_185132

20171012_185205

 

Le gilet Monceau est un grand classique de chez Cozy Little World. Il est vendu en pdf sur le site de la créatrice dans la boutique en ligne.

Encore une fois, j’ai apporté quelques modifications sur le gilet : j’ai fait sauter la fente de côté, j’ai un peu changé les bas de manches, et j’ai mis ma touche perso avec un passepoil plat.

Je voulais des poignets plus resserrés que sur le patron original alors j’ai raccourci les manches et ajouté un bracelet façon sweat cousu dans la maille merveilleuse. Côté finitions, la parmenture est dotée d’un passepoil plat moutarde qui accompagne divinement bien la couleur prune. Il est cousu en version sans boutons.

 

20171012_191013

 

La maille merveilleuse porte vraiment bien son nom. Elle est super agréable à porter, se tient bien à la couture. En plus, elle est disponible ne plusieurs couleurs. L’essayer, c’est ne plus pouvoir s’en passer ! J’ai choisi la couleur prune qui s’associe parfaitement bien au coloris de la batiste Twist dark blue de chez Atelier Brunette. Là encore, on a du tissu de la mort qui tue, une pépite à coudre et à porter.

Mon ensemble, je l’adore ! Et en plus, le soleil sera de la partie ce week-end. Que demander de plus ?

 

Le patron : Blouse basée sur le corsage de la robe Opale (livre "Grains de couture Hommes et Femmes" de Ivanne Soufflet chez CréaPassions)

Gilet Monceau de Cozy Little World

Le tissu : batiste TwistDark Blue de Atelier brunette et maille merveilleuse prune dénichée chez Mamzelle Fourmi.

Passepoil de mon stock.

29 septembre 2017

Duo de blousons

L'automne semble être en route on dirait. L'été a été si court, c'est dommage. Je ne sais pas si c’était pareil pour vous, mais par ici il y a une semaine environ, on a eu froid ! Très froid même ! A peine 4°C le matin, brrrr…

On peut dire que l’annonce de ces températures à quelque peu précipité ma couture de vêtements chauds. Pour aujourd’hui, c’est de blouson qu’il est question. Mieux, un duo de blousons. Il n’y avait pas de raisons qu’un de mes fils ai froid.

 

20170920_163553

 

Les patrons, je les avais dessinés à la fin du mois d’août. Je me sentais folle de prévoir des vestes chaudes pour la mi saison si tôt. Généralement, septembre est plutôt beau.

Finalement, la météo m’a un peu donné raison. J’ai cousu des toiles que les garçons ont testées avec plusieurs t-shirts sur eux pour faire l’épaisseur du maillot à manches longues avec maillot de corps en dessous.

Très vite validées, je pouvais me lancer dans la couture.

 

20170920_163631

 

Côté tissu, j’avais repéré lors d’un précédent passage à la mercerie pour des boutons et un peu de ruban un super tissu, moitié jeans, moitié moumoute. Un truc double face. Si je sentais que le côté à poils allait me faire suer et sortir l’aspirateur à plusieurs reprises, le côté jeans était franchement beau et me tentait bien.

Nous y sommes donc retournés avec les Robins pour voir ce qu’ils en pensaient. Coup de cœur partagé ! Et le petit en même temps me repère un lainage pour cet hiver (mais on verra ça plus tard quand même).

 

20170920_163657

 

Puisqu’ils sont conquis, c’est parti ! Et vous, êtes-vous prêts ? Parce que les garçons sont dans les starting blocks !

Commençons par le grand. Il a choisi sa version parmi les trois que je lui proposais et nous sommes donc aussi partis en recherche dans mon stock de chutes de tissus pour voir avec quoi accorder son jeans.

Son blouson se compose de deux poches plaquées sur le devant, une ligne de boutons pressions, une capuche pour la pluie d’automne. J’ai placé des coudières sur ses manches coudées, et des bracelets de manches doublés de coton. 

 

20170921_121307

20170921_121116

L20170920_164242

 

Dans mes chutes, nous avons trouvé une belle popeline que j’avais dénichée au Marché aux tissus de Roubaix la toute première fois que j’y suis allée (il y a bientôt deux ans il me semble). J’en ai donc placé par petites touches, sur les poches (en plus de la pièce centrale en jeans qui fait l’illusion d’un pli), sur les demi-coudières, aux poignets.

J’ai accompagné les coutures d’une surpiqûre contrastée de couleur ocre. J’avais du cordonnet en stock mais il est vraiment pénible à coudre alors je suis partie sur le même coloris dans sa version polyester. 

 

L20170920_164146

L20170921_121134

 

Quant à son frère, il a choisi la version multi pièces avec plein de poches plaquées à rabat devant.

Sur son blouson, une rangée de boutons en bois, une capuche si on n’arrive pas à passer entre les gouttes, des manches coudées également mais avec des pattes. Aux épaule, des pattes aussi.

 

C20170920_164443

C20170920_164058

C20170920_164602

 

Contrairement à l’aîné qui ne voulait pas de col, le plus jeune a voulu le sien pour ne pas avoir froid au cou.

Sur une des manches, une déco surprise pour mon loulou fou d’hippopotames : un écusson hippo. Il fallait voir son sourire quand il l’a vu. Comme pour son frère, mon Cha a droit à ses surpiqûres contrastées également dans le même fil ocre.

 

C20170920_163612

C20170920_164522

C20170920_163825

 

Je me suis demandée si j’arriverais à faire des blousons différents avec un même tissu. Sur le papier, ça a été compliqué de ne pas reproduire ce que j’avais dessiné sur l’un pour le mettre sur l’autre. J’y suis quand même parvenu. Et ce tissu ! Wahou ! Même s’il en a laissé partout après découpe, c’est une pure merveille.

 

Les patrons : Patrons maison

Le tissu : Jeans moumoute de chez La mercerie à Versailles

Les boutons : Mondial Tissus

15 septembre 2017

Quand les garçons s'y mettent...

Aujourd’hui, je vais vous  présenter une toute nouvelle rubrique : Les coutures des Robins.

Incroyable mais vrai, j’ai réussi à faire passer les garçons derrière la mac. Et pourtant, ça n’était pas gagné. A plusieurs reprises je leur avais proposé d’essayer mais sans succès. J’avais joué pour tenter de gagner un livre de couture pour enfants mais je n’ai jamais eu de chance au jeu et je n’ai pas été tirée au sort.

Et puis il y a eu ce jour où je suis tombée à la librairie sur un livre. Sur ce livre :

 

20170914_225822

 

"La couture est un jeu d'enfants" de Bobines d'Elo chez CréaPassions. Il me faisait bien de l’œil mais je voulais pouvoir le feuilleter avec les garçons avant, histoire que ça ne soit pas moi qui me retrouve à leur coudre des choses. Parce que ce n’est pas le but du livre qui est destiné aux enfants à partir de 8 ans. J’ai donc profité de tomber dessus pour l’éplucher.

On y trouve de la déco et des accessoires. Les modèles ont l’air assez simple et il ne faut pas des kilomètres de tissu, les illustrations sont chouettes, c'est coloré. C’est bien expliqué, c'est pour les enfants. Et il y a un petit lexique pour les termes techniques et c’est imagé si les mots ne suffisent pas. L’argument qui fait mouche, il n'y a  quasiment que des coutures mixtes. Ce livre, il est beau. Il me fait envie.

Moi, Batman fan oblige, j’ai craqué sur la petite mascotte chauve-souris et je rêve secrètement qu’un de mes fils ait envie de la coudre. J’ai remarqué une petite pochette pour ranger les cartes Pokemon. Ça tombe plutôt bien, ils en ont. Il y a aussi une trousse qui pourrait les tenter, et sûrement encore le tour de cou qui peut s’avérer pratique. Pleine d’espoir, je vais leur montrer ma trouvaille.

Première réaction du grand : "c’est pour les filles". Non mais j’hallucine ! Il a abordé les stéréotypes à l’école l’année dernière, fait un spectacle sur le sujet, lu un livre ("Le garçon qui jouait à la poupée" qui tord le cou à certaines idées) et là, c’est comme s’il avait tout oublié. Le petit lui veut bien le regarder avec moi. Je lui montre ce que j’ai remarqué pour eux mais il n’est pas très enthousiaste. C’était sans compter sur l’aîné qui guettait du coin de l’œil. Oh ! Un coussin pour les doudous !

On dirait que finalement, il va se laisser tenter. J’ai le matériel nécessaire. Maintenant j’espère que sa motivation pour ce coussin sera toujours intacte en rentrant.

Victoire ! A peine passé la porte, le grand va dans l’atelier, suivi de près par son frère. Il veut choisir ses tissus. On regarde donc les instructions et je sélectionne les tissus que j’ai en quantité suffisante. Je lui laisse volontairement accès à tous mes tissus, même les plus précieux. Je n’avais pas vraiment peur, je savais qu’il ne voudrait pas tailler dans un Liberty rose à fleurs, ou un Atelier Brunette. Et pour lui, c’est comme une marque de confiance.

Armés d’une règle et d’un crayon qui s’efface au fer, il trace les pièces sur le tissu, puis coupe.

 

20170915_072415

 

Un peu d’appréhension au moment de passer sur la machine. Je lui montre le fonctionnement. On fait un premier essai sur une chute de tissu. En fait c’est facile. Il faut dire que ma mac est d’une très grande aide. Elle a un point d’arrêt qui se fait en appuyant sur une touche, pas besoin de faire la marche arrière. Et puis il y a aussi le variateur de vitesse, réglé en vitesse tortue, on coud à la cool. Il prend vite confiance, on se lance.

Baisser le pied de biche, baisser l’aiguille, retirer les épingles avant de coudre… Les bonnes habitudes sont vite prises. Les marges de couture sont assez grosses, il a trop peur de coudre trop près du bord mais ce n’est pas gênant.

 

20170827_174513

 

Et le résultat est vraiment chouette. Il est fier et il a de quoi l’être. 

 

20170915_072931

20170827_174010

 

De voir ce que son frère à cousu, le petit s’est pris d’une envie de couture aussi. Un autre coussin pour doudou, parce que ça fait moins peur que d’essayer quelque chose de nouveau.

J’ai procédé de la même façon que pour le grand, il a eu accès à tous les tissus. Ils m’ont choisi la même popeline chiens. On a tracé ensemble sur le tissu et il espérait que j’allais couper à sa place. "Mais je ne suis pas fort en découpage !". La belle excuse. Il a coupé quand même. Ce sont des lignes droites, c’est plus simple.

Bizarrement pour lui, aucune hésitation devant la machine. Il était impatient d’appuyer sur la pédale.

 

20170915_072830

 

Il est lui aussi très content de sa couture. Tellement content qu’il n’en est pas resté là.

 

20170913_121455

20170915_074217

Pendant toute la semaine après l’école, il est allé investir l’atelier pour se coudre un panier réversible. Le modèle est un peu plus complexe que le coussin je trouve car il faut vraiment faire attention pour l’assemblage final quand on doit insérer les deux paniers l’un dans l’autre pour le rendre réversible. Si on est allé trop loin dans ses marges de couture, le risque est que le décalage soit trop grand pour pouvoir ensuite l’assembler.

 

20170827_174401

 

Côté couture, c'était un peu plus long que le coussin. Heureusement qu'il n'a pas eu l'occasion de le faire en une fois, la patience n'aurait pas été au rendez vous .eE le connaissant, il n'aurait pas voulu le finir.

 

20170827_174244

 

On a eu de la chance, ou alors mon petit est vraiment doué, car à peu de choses près, c’était parfait. Il y a eu parfois un léger surplus à résorber mais ça s’est fait assez facilement.

 

20170913_121131

20170827_173812

 

Maintenant que l’école est bien lancée, ils ont des devoirs et donc moins de temps pour coudre. Mais l’envie est toujours présente. Le grand veut un autre coussin, et une housse pour son ardoise. Le petit veut se coudre un chèche pour cet hiver. Et puis cette année, les cadeaux de Noël qu’ils vont se faire entre eux seront home made.

 

Le patron : Livre La couture est un jeu d’enfant de Bobines d’Elo chez CréaPassions.

Les tissus : popeline chiens de chez Mamzelle Fourmi (acheté il y a un moment déjà), chutes de cotons de mon stock.

Posté par Minus et Kiwi à 07:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,